La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Sale temps pour les pèlerins

 

 

Alors que des chances pour la France repartent de la plage de sable fin de Clohars-Carnoët, Le Pouldu, pour on ne sait où, la Grande Bretagne peut-être, d’autres chances pour la France sont savamment repêchées par de Gentils Organisateurs de l’association « Cent pour un toit » du Pays de Quimperlé. Des hommes, toujours des hommes mais où sont les femmes ? Bizarre, comme c’est bizarre. Chaud devant …

De nouvelles chances pour la France, plus communément appelés demandeurs d’asile, sont donc arrivées pour quelques journées de repos sur le Pays de Quimperlé fin de semaine dernière. Déplacements à pied ou à vélo voire même par bus Macron. Climat trop froid en nord Bretagne peut-être ou alors marre des soins aux algues prodigués à Roscoff. Toujours est-il que ces randonneurs se rapprochent du sud Bretagne où il fait bon vivre encore pour l’instant. Ces charitables transferts s’organisent grâce à l’aide remarquable d’autochtones toujours aux petits soins pour ces déserteurs de pays prétendument en guerre. Quelle guerre ? Quel pays ? Quelle nationalité ? Seul leur dieu le sait. Et nous, ne sommes-nous pas en état de guerre, en état d’urgence permanent ? Mais nonnnnn …

Certains hôtels du Pays de Quimperlé se font une joie certaine d’accueillir, comme il se doit, ces globe-trotters. Eh dîtes donc, vous qui vivez dans l’opulence, ayez de la bienveillance pour votre prochain, aidez-les ces routards … Rappelez-vous, c’est une chance pour la France et surtout, la France est réputée pour son hospitalité depuis la nuit des temps. Alors, pourquoi changer ces bonnes pratiques ! Vous ne vous rendez même pas compte, vous qui vivez dans le luxe, que leurs dépenses quotidiennes en nourriture ne sont même pas prises en charge par les contribuables français, en l’occurrence ici, la préfecture. Ces fugitifs doivent se débrouiller seuls pour trouver pitance, vous rendez-vous compte les amis ? Et nos SDF, ils font comment ? Ben, ils se débrouillent.

Un appel de détresse a donc été lancé par les membres de cette association un peu comme la bouteille à la mer du maire G.O Juloux de Clohars-Carnoët. Ces pauvres jeunes gens sont seulement logés dans un hôtel *** sur la commune du Grand Louis, à partir de 50 euros la nuit le week-end et comme le dit la pub avec 25 % de remise pour une réservation 15 jours à l’avance. En espérant que la préfecture ait pris soin de réserver par avance, la note sera moins salée. Et le petit déj, il est compris ? Eh ben non, c’est en sus … Mais, comment peuvent-ils faire pour se restaurer ? Parce qu’en plus cet hôtel ne fait pas restaurant ! Quel chantier. Il serait souhaitable que des restaurateurs talentueux, connus et reconnus pour leurs bonnes tables sur le Pays de Quimperlé, se relaient pour les inviter à goûter à leur succulente cuisine voire même les traiteurs du coin pourraient éventuellement leur livrer quelques menus plats. Pour le kébab à volonté, c’est trouvé. Les petits commerçants pourraient profiter de se débarrasser de leurs invendus en cette période de fin de soldes en faisant un geste fraternel : chaussures de marche, fourrées, semelle épaisse, cuir pleine fleur, pour la couleur c’est peu importe. Même des baskets Brice de Nice feraient l’affaire.

Il semblerait que ces jeunes hommes soient un peu trop âgés pour suivre les cours de « Français langue étrangère » au lycée Jules Ferry de Kemperle dispensés aux ados étrangers scolarisés en ce lieu. Il leur reste alors la possibilité d’en suivre grâce une fois de plus à une sympathique association à l’espace Guéhenno. Et nos chers bambins, sont-ils au point en français à leur entrée en 6° ? Mais nonnnnn, mais ce n’est pas grave, ils iront chez Acadomia, eux.

Comme ces jeunes personnes s’ennuient, il serait souhaitable également qu’un petit groupe d’héroïques prennent leur tour de garde pour leur rendre visite afin de savoir s’il ne leur manque pas quelque chose. Un peu comme avec nos anciens mais en mieux. Et la presse, avez-vous pensé à la livraison matinale ? Le principal, c’est qu’ils se sentent comme chez eux. Oups ! Un oubli : les inscrire dans un club … de foot, ça passe le temps et ça complète les équipes.

Astuce de dernière minute suite aux révélations cauchemardesques de ces dernières semaines : demandez donc aux élus du coin, toujours prompt à accueillir avec bienveillance des migrants sur le Pays de Quimperlé, de laisser une partie de leurs indemnités dont ils n’ont nullement besoin, mais grandement nécessaire au confort de leurs protégés.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de La liberté de penser sur le portail Overblog

Commenter cet article

Pierre Couëdelo 08/02/2017 12:44

Mon plein soutien à cet article, indignation et colère amplement partagés.

La liberté de penser 09/02/2017 15:36

Les médias, la bien-pensance et tous ces marionnettistes ont bien compris que les citoyens ont du mal à faire le tri de toutes ces infos qu'ils leur balancent du matin au soir. Ainsi, avec beaucoup de prévenance, certains journaleux ont donc décidé de mettre une application à disposition pour que nous pauvres idiots puissions savoir quels sont les bons des mauvais colporteurs de boules puantes. Un tri s'impose d'urgence.

La liberté de penser 09/02/2017 10:37

Il est dommage que beaucoup de citoyens bougonnent dans leur coin et ne prennent pas conscience que seuls dans notre coin nous sommes faibles et ensemble, bien plus fort. Les politiques ont réussi à persuader bien trop de citoyens que l'on ne peut plus rien changer sans eux. Pourtant, il n'y a nul besoin d'une armada pour remettre dans le droit chemin notre pays la France. Oust tous ces hommes et femmes que l'on supporte depuis trop longtemps, qui nous imposent le mondialisme pour mieux nous faire taire. N'ayons pas peur de nous exprimer devant tous ces mauvais.

delmarpol 07/02/2017 21:37

Cet article plein de vérités, ne va surement pas plaire à la bien-pensance socialo-humaniste du pays de Quimperlé....

La liberté de penser 09/02/2017 10:27

Le temps est venu de dire ce que l'on pense au lieu de laisser d'autres penser pour soi et s'exprimer à notre place. Ne rien dire c'est accepter, c'est se soumettre.