La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Le pied de nez du préfet

Le pied de nez du préfet

 

Depuis les dernières régionales  fin 2015, un parfait inconnu du Pays de Quimperlé a été élu conseiller régional Bretagne sous l’étiquette Front national. Même à Clohars-Carnoët,  sa commune de résidence, le nom de Patrick Le Fur est toujours celui d’un parfait anonyme. C’est peut-être aussi pour cela, que ce dernier a montré le bout de son nez au dernier congrès des pompiers du Finistère, fin octobre, organisé dans la salle des fêtes de Clohars, afin d’essayer de passer de l’ombre à la lumière.

Mais où est passé non pas la 7° compagnie mais bel et bien les frontistes de la 8° ? Son sous-fifre, Mikaël Caréo,  montre sa joie régulièrement à tous ceux qui suivent leurs péripéties et facéties. En effet, la troupe est très satisfaite de la non-venue de migrants en Finistère sud, grâce évidemment à leur très forte mobilisation, selon ces animateurs.

Leur nouveau slogan : Pas de migrant dans la 8° !  Eh ben mince alors, que de déconvenues en perspective. La jungle de  Calais démantelée, il va bien falloir caser tous ces mignons migrants quelque part en France. Eh ben pas de bol les artistes du Front national de la 8°, l’invasion s’est faite sur les terres de Patrick Le Fur, par une prise en bonne et due forme du CCAS d’EDF près de la plage du Pouldu. Non pas par voie maritime sur la plage mais de façon très régulière par le biais d’un autocar affrété. En effet, 35 jeunes mineurs isolés d’origine non pas de Syrie mais du Soudan sont arrivés hier soir mercredi,  pour passer leur première nuit tout près de la buvette de Marie Henry, refuge de Paul Gauguin. Quelques nuitées sont à prévoir afin que leur dossier soit étudié avec minutie pour que ces vacanciers aillent ensuite en Grande Bretagne, lieu tant convoité  

Bien qu’Halloween soit finie, les gars de la Marine, sortez votre panoplie de comiques, les banderoles et diverses pancartes, pour faire peur à ces nouveaux arrivants, déjà arrivés. N’en voulez pas au maire socialiste de Clohars, Jacques Juloux, le pauvre n’y est pour rien. Le préfet du Finistère ne lui a pas demandé son avis. C’est la faute à pas de bol mais surtout au Gentil Organisateur qui doit répartir la misère dans nos contrées.  Afin de faire honneur à leurs hôtes, Patrick Le Fur et ses acolytes pourraient éventuellement préparer une « thanksgiving ».

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de La liberté de penser sur le portail Overblog

Commenter cet article