La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Torchon ou serviette

Torchon ou serviette

Après le report de l’inauguration du Palais Communautaire du Pays de Quimperlé en février dernier, le ruban a été officiellement coupé samedi matin par le Président Miossec entouré d’une brochette de politicard de diverses tendances politiques venus de toute la Bretagne : ma doue. Cet édifice aurait-il la vertu de rassembler en son sein les hommes et femmes qui habituellement se chicanent ?

Donc, ce différé de coupage de ruban tricolore a permis au moins à l’équipe des communicants de soigner la mise en scène de ce rassemblement festif qui a eu lieu en 2 temps ce samedi. Contrairement aux manifestations houleuses des agriculteurs en février, les protestations actuelles des Minerves n’ont pas perturbé l’organisation de ces réjouissances.

Ainsi le matin, portes fermées, seuls les invités sur cartons d’invitation étaient acceptés c'est-à-dire principalement des élus de la Région Bretagne ainsi que des journalistes accrédités, triés comme il se doit : ça se passe aussi comme ça pendant le festival de Cannes. Donc, loin des caméras non désirées et sans des yeux ou oreilles indiscrets de citoyens, le troupeau pouvait paisiblement visiter les nouveaux locaux à Trélivalaire mais aussi discuter de futurs projets pour dynamiser nos contrées. Tout près du coupeur de ruban, Nicolas Morvan se frayait une place au premier rang afin d’être sur la photo de famille : il en a tellement rêvé de ce jour, ce lanceur non pas d’alerte mais du projet de cette construction, qu’il bavait de ne pouvoir être le premier à le couper. T’as eu ton temps de gloire, c’est chacun son tour Nicolas. Le maître de l’Hôtel Communautaire Miossec sait recevoir avec bienveillance les siens : une collation pour se revigorer et accessoirement rafraichir ses idées a été proposée à l’issue de la visite de ce labyrinthe. Certains élus qui voulaient montrer une fois de plus leur mécontentement quant au budget d’investissement accordé à cet édifice ont préféré prendre une bouffé d’oxygène en déambulant au vide-jardin qui se déroulait quai Surcouf à Quimperlé. Là au moins, ils se sont retrouvés entre amis férus d’horticulture. Comme disait Candide : il faut cultiver notre jardin.

L’après-midi, c’était ce que l’on nomme sans chichi la porte ouverte. A partir de 14 heures et jusqu’à 18h, quand les ténors de la politique se sont éclipsés subrepticement par le parking souterrain, les citoyens ont pu fouler le sol de leur Palais Communautaire. Quelques élus ont sacrifié leur après-midi pour recevoir leurs administrés et de nombreux agents territoriaux s’étaient portés volontaires fiers de faire visiter leurs nouveaux locaux aux contribuables. Par ces températures douces en cet après-midi de printemps, les élus avaient vu juste, nul besoin de prévoir un quatre heures pour les touristes après l’excursion.

Afin de minimiser ce gouffre financier actuel et futur, le cireur de pompes Nicolas Morvan, explique aux réfractaires tel que l’élu Quimperlois Alain Kerhervé que cet investissement n’est que source d’économie : plus de loyer à payer (mais un emprunt !), ambitions environnementales respectées, production d’énergie plus que celle consommée, sans parler de la mise en place de préconisations suite à la COP 21. C’est qu’il en sait des trucs ce conseiller municipal de Moëlan. Il est grand temps qu’il retrouve un poste à la hauteur de ses compétences.

Après les salves de flèches contre les instigateurs du Palais Communautaire, effectivement nécessaires pour informer les contribuables de ce qui se tramait sur le Pays de Quimperlé, que les désobéissants s’intéressent aussi de près à la lubie du moment de certains élus, route de Lorient à Quimperlé …

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de La liberté de penser sur le portail Overblog

Commenter cet article

boks 01/06/2016 16:32

Comme je ne suis pas fort pour les devinettes, pouvez vous m'expliquer la fin de l'article: "...que les désobéissants s’intéressent aussi de près à la lubie du moment de certains élus, route de Lorient à Quimperlé …" ?

La liberté de penser 01/06/2016 19:18

Merci de lire La Gazette.
Route de Lorient : Certains élus souhaitent que les contribuables achètent le château de Keransquer pour en faire un lieu pour recevoir des artistes.
Il est vrai qu'actuellement c'est malheureusement de l'autre côté de la route que l'animation se fait.