La gazette du pays de Quimperlé

L'actualité du pays de Quimperlé sous un autre angle

Avons-nous une obligation de prévenance envers tous ces réfugiés ?

Avons-nous une obligation de prévenance envers tous ces réfugiés ?

La presse écrite, audiovisuelle, réseaux sociaux à la botte des gouvernements, nous assomment quotidiennement en nous exhortant d’accueillir à bras ouverts en Europe, les migrants qui viennent de toutes parts.

Il serait donc scandaleux de refuser l’accueil de migrants en Europe comme le fait actuellement Viktor Orban en Hongrie.

Tous les prétextes sont utilisés pour nous convaincre que nos peurs des autres sont infondées. Jusqu’à même nous assurer que ces migrants ne seraient là que pour une courte période, retourneraient chez eux dès que les conflits s’arrêteraient.

L’invitation d’Angéla Merkel aux futurs migrants d’être accueilli sur le sol Allemand a été entendue. Nous assistons donc, grâce à cet appel du pied Allemand, à une invasion migratoire sans précédent en Europe. En quelques semaines, l’Allemagne est débordée par cette arrivée massive et souhaite que la France prenne sous sa coupe quelques milliers de ces réfugiés. Envisage maintenant de fermer temporairement ses frontières car submergée par les demandes d’asile.

Afin de mieux faire passer la pilule aux Français, nos chez politiciens de tous bords, nous parlent de réfugiés, de clandestins, d’apatrides, de migrants, d’exilés, demandeurs d’asile, d’immigrés … tout le vocabulaire migratoire est mis sur la table des négociations. On nous parle même de quotas obligatoires à répartir en Europe.

En effet, à chaque mot, un nombre de personnes est associé. Dans telle ville ce sera des réfugiés dont il sera question alors que dans la commune à quelques kilomètres de là, ce sera des migrants. En brouillant les informations, nos élus espèrent que les citoyens seront toujours si crédules de leurs manipulations.

En Bretagne, un très grand nombre de nos maires élus en 2014 aux dernières élections municipales, de tout bord politique, se plaignent en longueur d’année d’une baisse des dotations de l’Etat. Comment se fait-il alors, que subitement, tous ces élus réussissent à mettre en œuvre tous les dispositifs nécessaires à la prise en charge bienveillante de ces migrants dans nos communes ? Certains maires ont le courage de refuser de les accueillir.

Le Finistère, n’est pas en reste : la Présidente Nathalie Sarrabezolles PS, précise qu’elle est assurée de l’entier soutien du Conseil Départemental du Finistère en sachant que diverses étiquettes politiques y sont représentées. Le hasard fait que du budget est trouvé avec rapidité pour épauler la préfecture et les communes pour faire face à l’afflux.

Qu’il est pratique de cumuler des mandats, afin de convaincre et d’accélérer la mise en place de structures dans les communes finistériennes. Tous les services d’action sociale sont sur le pont.

Sous la houlette de Michaël Quernez, Vice-Président en charge de l’économie et insertion au Conseil Départemental mais aussi maire de Quimperlé, les élus socialistes du pays de Quimperlé (ci-dessous la liste), se disent prêts à accueillir dans leurs communes respectives des migrants. Pour eux, c’est « un devoir moral et juridique ».

Quimperlé à « la chance » d’avoir un CADA initié par Daniel Le Bras et des associations dont une fraîchement créée en autre par Françoise Clausse qui oeuvre pour aider des demandeurs d’asile déboutés de leur demande à rester sur le territoire. Des solutions d’hébergement sont ainsi plus facilement trouvées aux sans toit migrants. L’Opac de Quimper-Cornouaille vient d’acquérir fin Juillet des bâtiments et 3 hectares de terrains auprès des Papeteries de Mauduit à Quimperlé afin d’y réaliser une opération immobilière : ne serait-ce pas un lieu tout à fait accueillant pour loger dans l’avenir tous ces migrants ?

Liste des maires et communes qui acceptent l’accueil de réfugiés : Anne Bory d’Arzano, Yves André de Bannalec, Jacques Juloux de Clohars Carnoët, André Fraval du Trévoux, Muriel Le Rest de Locunolé, Bernard Pelleter de Mellac, Michaël Quernez de Quimperlé, Sébastien Miossec de Riec, Jean-Pierre Guilloré de St Thurien et Roger Colas de Tréméven soit 10 maires sur les 16 de la Cocopaq.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de La liberté de penser sur le portail Overblog

Commenter cet article

CLAUSS Nicole 07/11/2015 09:41

Erreur de Patronyme OK, mais pas même prénom et orthographe du nom différente .....
Rectifier également dans l'article du 22 septembre 2015 "VIENS VOIR LES COMEDIENS".

La liberté de penser 07/11/2015 10:58

Vous êtes peut-être plus célèbre que l'autre personne sur le Pays de Quimperlé donc nous n'aurions pas été surpris que vous puissiez également vous investir dans une autre association. Toutes mes excuses.

CLAUSS Nicole 06/11/2015 18:43

A la lecture de votre réponse, je m'interroge : Je m'appelle bien Nicole CLAUSS, j'habite Quimperlé, je suis impliquée dans la vie de ma commune. Alors serions-nous deux Nicole CLAUSS, même orthographe ? Quant aux précisions sur mes supposés engagements, elles n'engagent que vous.

La liberté de penser 06/11/2015 21:48

Toutes mes excuses pour cette erreur de patronyme.

CLAUSS 04/11/2015 11:13

Merci de bien vouloir retirer mes nom et prénom de l'article ci-dessus. Il est entièrement faux, je ne suis pas la présidente créatrice de cette association et nullement impliquée dans le domaine que vous commentez.

La liberté de penser 08/11/2015 00:41

Nicole Clauss a même reçu pour son investissement dans le tourisme des médailles en 2012 et 2015.

Kerhervé 07/11/2015 14:34

J'apporte mon soutien à Nicole Clauss, elle qui a œuvré pendant bien des années pour le tourisme sur Quimperlé. Le rédacteur (inconnu) devrait pour le moins souligner cet état de fait.

La liberté de penser 04/11/2015 20:34

Madame, il n'est nullement indiqué que vous êtes la présidente d'une association sur le pays de Quimperlé dans l'article. C'est vous qui interprétez mes écrits. Cet article reflète que la réalité quotidienne vécue sur notre territoire. Vous me donnez l'occasion d'apporter des précisions sur vos engagements : Nicole Clauss est Vice-Présidente de la communauté Emmaüs de Rédéné d'une part et d'autre part, membre du collectif à la tête de l'association qui œuvre pour trouver des solutions provisoires d'hébergement pour les demandeurs d'asile déboutés de leur demande et donc, en situation irrégulière sur notre territoire. Vous ne pouvez pas subitement, Madame, nier votre implication dans la création de ce type d'association.